https://www.comillas.es/wp-content/themes/comillas/images/cabecera-planifica.png

Itinéraire 10: Les trois collines

C’est une promenade autour du noyau urbain de Comillas, qui monte vers les collines qui ont donné son nom à la ville.

Itinéraire 10: Les trois collines

Point de départ et arrivée: Comillas, au départ de la nouvelle mairie, située dans le centre-ville, vous devez partir en direction de Cabezón de la Sal en suivant le Paseo Gaudí.

Distance et temps approximatifs: 4 km; sans compter les arrêts, cela peut prendre environ une heure et demie.

Difficulté: aucune.

Accessibilité: Le parcours peut être effectué en VTT ou à pied, à condition que des modifications soient apportées pour surmonter les pentes les plus raides.


ITINÉRAIRE

Hôtel de ville : vous devez partir en direction de Cabezón de la Sal sur le Paseo Gaudí; Nous arrivons immédiatement à la petite place de la Fuente Real, d’où sortent deux petites rues; aucun d’entre eux ne nous aide à avancer et à atteindre le quartier de Sobrellano.


Quartier Sobrellano (km. 0,3): ancien quartier des pêcheurs, formé par des maisons typiques alignées, situé dans cette zone plus élevée pour pouvoir voir la mer et savoir s’ils pouvaient pêcher. En continuant sur la route, sans dévier par aucune entrée, nous atteignons le sommet de la première colline (la colline de Sobrellano), où se trouvent les réservoirs d’eau de Comillas; Juste après eux, nous prenons une piste qui descend à droite à travers une petite zone boisée.


Jardín del Palacio de Sobrellano (km. 1,2): la zone boisée qui traverse, il y a quelques années faisait partie du jardin du Palais, comme en témoignent quelques arbres exotiques qui se trouvent à l’intérieur; outre certaines structures singulières, telles qu’une porte de maçonnerie ou une petite grotte artificielle faite de rocaille; Cependant, après la disparition des travaux d’entretien, la végétation naturelle de la zone revient à la recoloniser. Poursuivant la descente par la route, flanquée dans la dernière partie par des chênes monumentaux, on arrive à la route générale qui quitte Comillas en direction de Oyambre. À ce point, nous le traversons par le passage pour piétons qui existe à cet endroit et nous prenons le trottoir en direction de l’Université pontificale par la rue Manuel Noriega.


Université pontificale (km. 2,4): une passerelle nous accueille dans le jardin du Séminaire, que nous trouvons au sommet de la colline de La Cardosa (deuxième colline de la route). Passé cette porte, nous montons la route sinueuse jusqu’à un petit point de vue, à côté du grand séminaire, d’où nous avons une vue splendide sur la ville. Actuellement, ce bâtiment peut être partiellement couvert par une visite guidée; En plus de fonctionner comme centre d’enseignement, de recherche et de diffusion de la langue espagnole et de la culture hispanique. Pour continuer la promenade, nous revenons sur nos pas et redescendons à la porte de l’enceinte. Nous tournons à gauche pour continuer sur la rue Manuel Noriega en direction du cimetière.


Cimetière (km. 3,2): situé dans un lieu privilégié, l’enceinte est entourée d’un mur d’éléments décoratifs conçus par l’architecte Lluis Doménech i Montaner. À l’intérieur, un ange de Josep Llimona se dresse sur les ruines gothiques de la vieille église de la ville. Après avoir passé le cimetière, nous arrivons à un rond-point où nous continuons en direction de Santillana del Mar et, 75 mètres plus loin, nous prenons la rue qui monte à droite (C / Juan Martínez Noriega) en direction de la statue du marquis.


Statue du marquis de Comillas (km. 3,6): hommage du peuple de Comillas à la figure d’Antonio López. Situé au sommet de la colline qui mène à la troisième colline (colline de La Coteruca), il offre une vue privilégiée sur la plage et le port. Comme cette colline est entourée d’une enceinte privée, l’ascension se termine dans cette partie de la statue. De là, nous avons plusieurs options pour revenir en nous promenant au point de départ. Une de ces options consiste à continuer jusqu’au bout de la rue Juan Martinez Noriega et à gauche pour rejoindre le Corro de San Pedro; de là, continuez à droite pour vous promener dans les différentes places; progressivement nous trouvons celui de Luís López, celui de la Constitution, celui de la Ría de la Rabía et, enfin, celui du Corro Campíos, où nous tournons à droite par la rue Cervantes pour revenir jusqu’au conseil municipal.

Itinéraire 9: Itinéraire côtière

Itinéraire circulaire qui traverse d’abord la totalité de la zone côtière de la ville et permet de profiter de paysages d’une beauté extraordinaire, pour ensuite revenir à l’intérieur des terres et découvrir les villes de Trasvía et Rubárcena.

Itinéraire 9:  Itinéraire côtière

Point de départ et d’arrivée: Comillas, au départ du nouvel hôtel de ville, situé dans le centre-ville, vous devez partir en direction du point de vue de Santa Lucia, en passant par la place de l’église.

Distance et temps approximatifs: 9 kilometres.; sans compter les arrêts, cela peut prendre environ deux heures et demie.

Difficulté: faible, mais par temps de pluie, de la boue peut être trouvée dans certaines parties de la route.

Accesibilité: le parcours peut être effectué en VTT, bien que, en raison de la présence d’escaliers, il vous faille parcourir une section entre le belvédère de Santa Lucia et la pointe de la Moira; aussi, d’une petite pente près de la pointe de Cambarro.

ITINÉRAIRE

Hôtel de ville (20 metres): Vous devez partir en direction de la plage en suivant le trottoir du Paseo Antonio Garelly. Sans quitter le noyau urbain, on arrive au bord de la plage de Comillas, bruyant en été.

Hôtel de ville: vous devez partir en direction du point de vue de Santa Lucía, traverser la place de l’église et vous promener jusqu’à passer la « Puerta de los Pájaros » conçue par Gaudí, juste avant d’atteindre la chapelle qui donne son nom au point de vue.

Point de vue de Santa Lucía (km. 0,5): cette enclave offre une vue magnifique sur la plage et le port. Nous continuons notre chemin en descendant une rampe et quelques petits escaliers qui nous mènent à la plage. De là, nous continuons le long du littoral et passons par le parking en direction du port. Sur notre chemin, nous trouvons des éléments typiques de la zone portuaire, tels que « El Secaderu / le séchoir » (zone de séchage des filets) ou « Las bodegas / les entrepôts » (entrepôts où, aujourd’hui, conservent les outils de pêche des marins).

Port de pêche (km. 1,5): à l’intérieur de cette petite crique artificielle, on peut apercevoir quelques-uns des rares navires actuellement engagés dans la pêche professionnelle. Après être passés par le marché aux poissons, nous montons un escalier pour atteindre le sommet du brise-lames, immédiatement nous tournons à gauche et nous nous dirigeons d’abord vers une esplanade en galets et un chemin de terre avec plusieurs marches plus loin sortant de la municipalité.

Punta de la Moira (km. 2,1): après avoir parcouru un kilomètre et juste avant d’une montée raide, nous arrivons à cette petite crique rocheuse où des structures abondent au bord de la falaise. Ces poteaux, surmontés d’une poulie et reliés à un système de câble et à un panier, sont utilisés pendant les mois d’automne et d’hiver pour élever la « caloca » (algue rouge) jusqu’à la terre, afin qu’il soit ensuite transformé par l’industrie alimentaire et pharmaceutique. En suivant le chemin, nous montons la route. Vers 200 mètres environ, lorsque l’ascension commence à se ramollir, il faut emprunter le chemin pierreux qui descend à droite et continuer le long de la côte; Lorsque vous atteignez une autre zone de poteaux, la route se rétrécit et monte vers un petit belvédère situé à côté d’un autre « poteau » utilisé pour éliminer les algues. De là, le chemin s’élargit à nouveau et nous le suivons jusqu’à ce qu’il se termine sur une autre piste (à quelques mètres des premières maisons du village de Trasvía); À ce stade, nous tournons à droite et continuons toujours sur cette piste jusqu’à ce qu’elle se termine pour atteindre l’embouchure de la Ría de la Rabia.

El Cabrero (km. 3,5): après avoir parcouru un kilomètre et juste avant d’une montée raide, nous arrivons à cette petite crique rocheuse où des structures abondent au bord de la falaise. Ces poteaux, surmontés d’une poulie et reliés à un système de câble et à un panier, sont utilisés pendant les mois d’automne et d’hiver pour élever la « caloca » (algue rouge) jusqu’à la terre, afin qu’il soit ensuite transformé par l’industrie alimentaire et pharmaceutique. En suivant le chemin, nous montons la route. Vers 200 mètres environ, lorsque l’ascension commence à se ramollir, il faut emprunter le chemin pierreux qui descend à droite et continuer le long de la côte; Lorsque vous atteignez une autre zone de poteaux, la route se rétrécit et monte vers un petit belvédère situé à côté d’un autre « poteau » utilisé pour éliminer les algues. De là, le chemin s’élargit à nouveau et nous le suivons jusqu’à ce qu’il se termine sur une autre piste (à quelques mètres des premières maisons du village de Trasvía); À ce stade, nous tournons à droite et continuons toujours sur cette piste jusqu’à ce qu’elle se termine pour atteindre l’embouchure de la Ría de la Rabia.

El Remanse (km. 5,5): c’est le nom de la petite plage de galets située à l’embouchure de l’estuaire et à laquelle on peut accéder en descendant les escaliers en béton. Si vous préférez continuer sur le chemin qui mène à l’extrémité ouest, vous arriverez à une autre descente vers la côte, où vous pourrez voir les restes de vieilles piscines qui servaient jadis de homarderie. À partir de ce point, pour continuer la route, nous devons revenir sur nos marches d’environ 700 mètres jusqu’à ce que nous retrouvions les premières maisons de Trasvía; ici, continuez tout droit jusqu’à la route principale qui traverse la ville, où vous devez tourner à droite pour aller à l’église.

Eglise de San Andrés (km. 6,8): construite au XVIIIe siècle, elle met en valeur son intéressant clocher. Sur l’esplanade devant elle, nous trouvons une fontaine où nous pouvons nous rafraîchir. De là, nous continuons sur la même route sur 100 mètres, jusqu’à ce que nous trouvions un point pour la collecte sélective des ordures. À cet endroit, une petite route part sur la gauche qui, en la suivant toujours, nous mène à la ville de Rubárcena. Lors de cette visite, nous passons par des prés, de petites cultures et le « Joyucu Arboretum », où nous pouvons nous reposer et contempler les principales espèces arboricoles de la région. Enfin, cette route mène à la route principale « CA-131 »; Après l’avoir traversée, nous trouvons la piste cyclable parallèle à cette route et nous prenons à gauche pour, toujours devant, revenir au village en passant par le Palacio de Sobrellano et atteindre l’intersection de feux de signalisation qui, tournés vers à droite, cela nous laisse au point de départ.

Itinéraire 8: Parcours en VTT vers Comillas

Grâce à ce circuit, vous pourrez visiter les sites les plus remarquables de la municipalité de Comillas, dont une partie est intégrée au parc naturel d’Oyambre, visitant également la plupart de ses centres de population.

Point de départ et arrivée: Comillas (20 metres), Départ de la Plaza de Joaquín del Piélago, à côté de la mairie.

Distance et temps approximatifs:32,34 kilomètres; un peu plus de 3 heures.

Pente: 800 mètres de hauts et de bas accumulés.

Difficulté: faible, avec de bonnes pentes fermes et douces en général. Il peut y avoir de la boue dans certaines sections de pistes ou de cambres, et les pentes sont un peu plus fortes dans la section allant du fleuve Mato à La Molina (km 18,60 à 8,80), dans la piste qui monte de la Ría de la Rabia à Araos (km 26,80 à 27,10) et sur la route qui descend d’El Pisgu à El Riguero (km 30,70 à 31,10). Sinon, les sections d’asphalte traversent des centres urbains ou des routes peu fréquentées.

Cartographie: I.G.N., M.T.N, à l’échelle 1/25 000, feuilles 33-lV (Comillas) et 57-II (Cabezón de la Sal).

Accessibilité: comme déjà dit, le tour peut être fait en vélo de montagne dans son intégralité. Il contient 11,10 kilomètres d’asphalte, soit 34,3% du total, répartis en 8 sections différentes. La piste totalise 18,48 kilomètres, soit 57,2% du total, en 5 sections différentes. Enfin, 2,76 kilomètres de routes larges sont couvertes, ce qui représente 8,5% du total, réparties en 3 sections.

Itinéraire 8: Parcours en VTT vers Comillas

ITINÉRAIRE

Hôtel de ville de Comillas (km 0) (20 metres): Du centre de Comillas, suivre la route qui mène à la plage, mais avant de l’atteindre, il faut tourner à gauche en montant une colline courte et raide qui mène à l’entrée d’un édifice curieux.

Cimetière de Comillas (km 0.62) (25 metres): Les hauts murs qui ferment le cimetière, dominés par la figure incontestable de l’ange de Josep Llimona, sont en réalité les ruines de l’église gothique de Comillas. En sortant de l’enceinte à droite, on débouche sur un rond-point sur lequel on doit aller à gauche, sans entrer dans le port, sortir à l’identique et faire le détour à droite qui mène à Trasvía par la côte. Après une légère montée, il reste a l’asphalte qui entoure les murs de l’université pontificale au nord. Après être passé par une passerelle, vous arriverez à une colline où se trouvent les installations abandonnées d’un magasin d’algues, où vous tournez à droite en ignorant deux déviations à gauche et en continuant sur une piste qui se connectera bientôt à l’asphalte, et très proche d’une ville d’où vous pouvez voir la côte d’Oyambre.

Trasvía (Km 2.84) (60 metres) (15′): au carrefour, dans le village, vous allez à gauche et, après avoir passé à côté d’un hôtel, vous arrivez à une autre fourche dans laquelle vous continuez a gauche, en descendant sur le stade de football et en traversant la route qui va de Comillas à Oyambre pour atteindre une nouvelle ville, où les urbanisations nouvellement construites prolifèrent.

Rubárcena (Km 4.08) (35 metres): En traversant également la piste cyclable, vous montez une rue à côté de l’arrêt de bus. L’asphalte se termine et la piste atteint une colline avec une vue à l’ouest, d’où elle descend pour rejoindre la route de Rioturbio qui se poursuit sur la gauche en passant devant un sanctuaire jusqu’à un pont servant de pont entrée du marais.

Ría de la Rabia (km 5.91) (3 metres): La route traverse une zone humide pratiquement plate et atteint ainsi un petit centre de population dispersé où l’on trouve de bons exemples d’architecture traditionnelle.

Rioturbio (Km 7,21) (10 metres) (35′): le village est traversé par la partie inférieure et, à la fin de l’asphalte, il est suivi d’une piste qui monte doucement le long du bord droit de la rivière trouble en entrant progressivement dans le massif forestier de Monte Corona. Après avoir laissé une montée à gauche, vous traversez le cours modeste de la rivière.

Pont de Bichurichas (Km 9.71) (40 metres): Déjà situé dans la magnifique chênaie de Corona, la piste augmente sa pente à partir d’ici, et gagne de la hauteur parmi les chênes, marronniers, houx, noisetiers mentionnés, bouleaux, etc. Après un moment d’ascension et après être passé à côté d’une petite zone de loisirs, vous arriverez à une bifurcation.

Déviation à l’Ermitage San Antonio (Km 11.76) (200 metres): Nous suivrons momentanément la branche de droite, qui descend de forme lisse, laissant une première déviation qui se dirige vers Caviedes et qui nous mène immédiatement au bel endroit. dans lequel se distingue un petit bâtiment en grès.

Ermitage de San Antonio (Km 12,32) (185 metres) (1h. 20′): situé sur une colline surplombant l’ouest, ses environs ont été aménagés en zone de loisirs. En revenant par la même route sur la piste qui vient de Rioturbio, nous continuons à monter à droite, alors que la pente a tendance à se ramollir. Cela conduit à un carrefour, où nous allons à gauche, en passant après un colline et en arrivant à un petit endroit où des tables et des sculptures sont mélangées.

Mirador de los Pintores Montañeses (Km 14.39) (245 metres): Dédié à la mémoire des peintres de Cantabrie, ce bel endroit est le meilleur point de vue de la surprenante chênaie de Corona, située à proximité de la côte. La piste continue de monter et sort sur un terrain dégagé à côté d’une colline où se détachent une cabane et une construction singulière de grandes dimensions.

Déviation vers Ruiseñada (Km 15.65) (250 metres): Descendez maintenant pour pénétrer dans une parcelle de forêt dominée par les chênes et les châtaigniers, bien que de dimensions inférieures à celle déjà traversée dans le bassin de le Río Turbio. Plus loin, des lieux sont traversés pour la plantation d’espèces à croissance rapide, notamment d’eucalyptus et de pins. En retournant dans la forêt, vous atteignez le fond de la vallée en traversant un pont.

Río del Mato (Km 18,30) (63 metres): La vallée que nous parcourons a une origine karstique et les eaux qui la traversent s’ajoutent à une vallée pour continuer sa route souterraine. Mais plus tard, un nouveau pont est franchi et une montée courte mais raide commence, qui est ensuite lissée et reliée à une branche pavée que vous devez suivre à gauche pour arriver à l’entrée d’une nouvelle ville.

La Molina (Km 19,28) (110 metres): Sans entrer dans la ville, à côté d’un petit sanctuaire, continuer sur la droite, descendre pour traverser une auge et monter jusqu’à un autre noyau proche, situé dans un colline.

La Citrera (km 19t96) (90 metres) (2h.): En passant devant les premières maisons de la ville, juste avant la construction des anciennes écoles, il y a deux détours à droite et il faut suivre la première d’entre eux, en principe avec du béton ferme. La pente se ramollit entre les praos et nous arrivons à un carrefour où nous continuons sur la gauche, près de l’eucalyptus. En ignorant quelques déviations secondaires, nous arrivons à un carrefour plus important, dans lequel nous continuons la montée à gauche. Après un tronçon presque plat, nous arrivons à un autre croisement en montant à droite le long d’une branche pavée qui conduit immédiatement à une colline entouré de forêt et occupé par un ermitage.

Ermitage de San Esteban (Km 22.59) (251 metres) (2 h. 20′): ce lieu emblématique de Monte Corona jouit d’une belle vue sur la côte ouest de la Cantabrie, aussi plusieurs zones de loisirs se trouvent à proximité. En redescendant jusqu’au croisement précédent, nous retournons à gauche le long de la piste de La Citrera, mais à la fourche suivante nous virons à gauche en descendant à travers de vastes plantations d’eucalyptus. Plusieurs déviations secondaires sont ignorées, et dans un croisement plus important, il est suivi par la droite, et descendent sans confusion possible vers un terrain plus plat, près de la zone des marais.

Ría de la Rabia (Km 26.87) (10 metres) (2h. 35′): sans atteindre le même rivage de la zone humide, emprunter une piste à droite qui monte au début avec une pente raide qui s’éloigne ensuite ramollissement entre les champs. De cette façon, vous entrez dans un petit centre de population situé sur une colline.

Araos (Km 27.71) (85 m): Maintenant, par l’asphalte, vous continuez le long de la même colline entre les maisons et un autre district appartenant à Ruiseñada est bientôt atteint.

La Ventuca (Km 28.33) (85 metres): Laissant des déviations secondaires, elle descend plus clairement entre un noyau de maisons plus concentré, en suivant toujours la route principale jusqu’à une autre route qui passe près du fond de la vallée.

Ruiseñada (Km 29,17) (40 metres) (2h. 50′): à ce carrefour, nous laissons à droite l’imposante église de San Adrián, puis allons à gauche en descendant entre les maisons et en laissant plusieurs détours donnant accès. Dans l’un qui entre à droite, laissez-nous la route principale.

Déviation vers El Pisgu (Km 29.57) (25 metres): Il traverse immédiatement le Río Ensenada, dans un très beau tronçon avec des méandres fermés, marqués d’aulnes, et commence la montée par une route étroite entre arbres. Plus loin, nous passons par Fuente del Pisgu et nous arrivons immédiatement à une maison et à un curieux ermitage.

El Pisgu (Km 30.46) (60 metres): À côté de l’ermitage, attenant au Sacré-Cœur, l’asphalte est laissé sur un large chemin qui sépare les haies et ignore bientôt une branche pavée à gauche. Ensuite, il y a une très belle section de descente entre des buissons où de la boue peut se former, après quoi il y a une montée courte et raide qui relie la rue de Ruiseñada, qui continue à droite et après un virage au général dans un quartier déjà proche de Comillas.

El Riguero (Km 31.53) (35 metres): Il ne reste plus qu’à descendre la route, déjà dans les zones urbanisées, pour revenir au début de la route au centre de la ville.

Ayuntamiento de Comillas (Km 32.34) (20 metres) (3h. 10′).

Itinéraire 7: Les ermitages du Monte Corona

C’est peut-être l’itinéraire le plus complet du Monte Corona, qui permet de connaître et de voir ses magnifiques sites autochtones et de visiter les ermitages de San Antonio et de San Esteban.

Point de départ et d’arrivée: Rioturbio (10 m), Ville unique située à l’intérieur du parc naturel d’Oyambre, à mi-chemin entre la Ría de la Rabia et le Monte Corona.

Distance et temps approximatifs:15,4 km.

Pente: environ 300 mètres de haut en bas.

Difficulté:aucune, sauf les dénivellations à surmonter, qui se font par contre sur des routes à faible pente.

Cartographie: I.G.N, M.T.N., échelle 1/25 000, feuilles 33-IV (Comillas) et 57-II (Cabezón de la Sal).

Accessibilité: le parcours est idéal pour le VTT, en prêtant attention aux voitures sur le tronçon de la route de Rioturbio.

Itinéraire 7: Les ermitages du Monte Corona

ITINÉRAIRE

Rioturbio (10 metres):À travers la partie inférieure du noyau, l’asphalte est laissé pour suivre une piste qui monte très doucement le long de la rive droite du Río Turbio, entre des pâturages, des parcelles forestières et un peu de repeuplement. Après un long moment, nous continuons à droite et traversons immédiatement la rivière par un pont.

Pont de Bichurichas (40 metres) (km 2.4):situé dans la partie inférieure de la magnifique chênaie de Corona, la montée devient plus directe entre les forêts. La pente est très régulière et permet d’apprécier la richesse et la variété de cette étonnante forêt si proche de la côte et située à une altitude aussi basse, composée principalement de chênes, mais aussi de hêtres, de châtaigniers, de noisetiers, de houx, de bouleaux. Après une longue montée et juste après une clairière à plusieurs tables, vous arrivez à une fourche.

Déviation (200 metres) (km 4.4): nous tournerons à droite dans une douce descente, laissant bientôt un détour pavé à gauche qui mène au village voisin de Caviedes et qui arrive un peu plus loin jusqu’à un bel ermitage construit avec des pierres de taille en grès, à proximité duquel une zone de loisirs a été créée.

Ermitage de San Antonio (185 metres) (km 5) (1h. 30′): situé entre les arbres, sur une colline surplombant l’ouest, le lieu mérite une halte. Revenant par la même route au détour de km. Le 4.4, nous continuons sur la droite en remontant la piste qui tend à tourner vers l’est en traversant le cours supérieur de Monte Corona. À la jonction de plusieurs pistes, vous devez continuer sur la gauche, en continuant parmi les forêts de pins, le repeuplement des hêtres et certains tronçons défrichés. Après une courte descente vers un petit col (237 m.), Une courte montée nous conduit à une autre zone de loisirs parsemée de plusieurs sculptures en pierre.

Point de vue d’Ios Pintores Montañeses (245 m.) (km. 7,1) (2h. 10′): ce lieu, appelé Las Argayadas, était dédié à l’époque aux peintres de la région et se trouve également sur une colline, en comptant avec un point de vue qui offre la meilleure vue sur le cagigal de Corona. Une autre partie de l’ascension, et vous atteignez une fourche où vous devez aller à gauche, en arrivant au pied d’une construction de grande hauteur curieuse.

Tour de contrôle incendie (280 metres) (km 7.8): située dans l’une des plus hautes altitudes du Monte, elle permet de contrôler une bonne partie de son extension. Sans avoir à arriver, il faut suivre à gauche une branche pavée qui descend entre des peuplements de chênes américains, jusqu’à un col et un grand parking, puis qui monte plus tard parmi divers repeuplements de mélèzes, de cyprès, de pins ou de châtaigniers jusqu’à atteindre un nouveau passage. En sortant de la branche à droite, nous montons celle qui se trouve devant nous et nous emmenons immédiatement vers un cotero occupé par un nouvel ermitage.

Ermitage de San Esteban (251 metres) (km 9.2) (2h. 50′): de cette colline est envisagée une bonne partie de la côte ouest de la Cantabrie, bien que vers le sud la hauteur des arbres couvre partiellement la vision. Un ancien belvédère indique les vues panoramiques les plus remarquables. De retour au croisement précédent, nous continuons maintenant à gauche par une piste qui descend d’abord entre les châtaigniers, puis entre les pins et les eucalyptus. Bientôt, vous laissez un détour à droite qui mène à Ruiseñada. Continuez la descente sur la gauche en ignorant un détour secondaire. Vous arriverez à une colline (156 m). Entre l’eucalyptus, qui continue à droite. Après un bon temps de descente, vous arrivez sur un terrain plus plat, vous laissant rejoindre une route étroite à côté d’un pont sur le marais.

The la Rabia lagoon (5 metres) (km 13.9) (3h. 50′): nous sommes passés de l’environnement forestier à une courte distance de cette zone humide côtière et, en suivant la gauche, dans un itinéraire pratiquement plat, nous retournons à la point de départ.

Rioturbio (10 metres) (km 15.4) (4 h. 15′).

Itinéraire 6: Monte Corona

Jusqu’aux berges de la Ria de la Rabia, cette étonnante masse forestière composée principalement d’une grande variété d’espèces de repeuplement cache également des joyaux tels que la plus belle chênaie côtière et la hêtraie située à une altitude inférieure en Cantabrie.

Point de départ et d’arrivée:Rioturbio (10 m.), Belle ville située au pied du Monte Corona, où de bons exemples d’architecture populaire sont préservés.

Distance et temps approximatifs: 8,3 kilomètres; un peu plus de deux heures.

Pente: environ 160 mètres de haut en bas.

Difficulté: aucune, sauf la différence à surmonter.

Cartographie:I.G.N., M.T.N. , échelle 1: 25 000, feuille 33-IV (Comillas).

Accessibilité: le parcours peut être effectué sans problème en VTT, en prêtant attention aux voitures situées sur la partie pavée de l’accès à Rioturbio.

Itinéraire 6: Monte Corona

ITINÉRAIRE

Rioturbio (10 metres): Il est nécessaire de traverser entre les maisons, par la partie basse de la ville, en arrivant jusqu’au bout de l’asphalte, qui est remplacé par une piste de gravier qui monte en légère pente entre praes et des points de forêt. La piste suit le cours de Río Turbio et, peu à peu, la forêt domine le paysage jusqu’à un carrefour, près d’un pont surplombant la rivière.

Pont de Bichurichas (40 metres) (km 2.2) (30′):ce lieu est situé dans la partie inférieure de la chênaie qui représente la partie la plus précieuse de Monte Corona. Outre cette magnifique et surprenante masse forestière, outre les chênes, se dressent des peuplements de hêtres, de houx, de noisetiers, de bouleaux, de châtaigniers, etc. Sans atteindre le pont, vous quittez la rive en remontant à gauche de façon plus directe, en longeant la piste entourée d’eucalyptus. Après avoir passé un premier col, vous arrivez à un plus large, où plusieurs routes convergent.

Collado (156 metres) (km 3.6): laisser à droite la piste qui monte à l’ermitage de San Esteban, descendre à gauche, d’abord entre eucalyptus, puis sortir à l’air libre. En ignorant un détour secondaire, vous arrivez sur un terrain plus plat et vous arrivez bientôt à vous connecter avec une route étroite à côté du soi-disant pont républicain et du vaste marais.

Ría de la Rabia (5 metres)(km 6.8)(1h. 45′): en continuant à gauche entre l’épaisse végétation de la zone humide, entre laquelle prédomine l’invasif Baccaris Halimifolia, nous retournons au point de départ.

Rioturbio (10 metres) (km 8,3)(2h. 10′).

Itinéraire 5: L’ermitage de San Esteban et la Vallée du Rio del Mato

Ce circuit permet d’accéder à l’ermitage de San Esteban, le plus connu de Monte Corona, et d’explorer le secteur moins connu de la vaste forêt, la vallée de la rivière del Mato.

Point de départ et d’arrivée: Église de Ruiseñada (40 m.), Située sous le noyau principal de Ruiseñada.

Distance et temps approximatifs: environ 10 kilomètres; environ 2 heures et 45 minutes.

Pente: environ 300 mètres de hauts et de bas accumulés.

Difficulté: faible, toujours sur de larges pistes ou chemins et il ne peut y avoir que de la boue dans la partie en montée du fleuve Mato à La Molina.

Cartographie: I.G.N., M.T.N., échelle 1/25 000, feuilles 33-IV (Comillas) et 57-II (Cabezón de la Sal).

Accessibilité: le parcours est praticable dans tous ses parcours en vélo de montagne.

Itinéraire 5: L'ermitage de San Esteban et la Vallée du Rio del Mato

ITINÉRAIRE

Ruiseñada (40 m): De l’église de San Adrián, vous devez aller vers l’est sur la route et après avoir fait un détour sur la gauche, à un autre croisement à proximité, monter entre praos sur la droite. En ignorant deux déviations à gauche, la montée nous conduit dans un beau quartier situé sur une colline panoramique.

La Citrera (90 m) (km 0.7): en passant le batiment abandonné de l’ancienne école, il faut sortir du village par la deuxième déviation à droite, en montant par une piste bétonné entre chênes et châtaigniers. Juste après que la pente disparaît, marcher dans la prairie jusqu’un croisement des pistes (à côté d’un fôret d’eucalyptus). Tourner à gauche. En peu plus loin ignoner les déviations secondaires et continuer par une autre piste plus importante. Continuer à gauche entre les arbres. Après un tronçon presque plat nous connectons avec un chemin bitumé. Après certains metrès on arrive à une petite colline où l’ermitage est située .

Ermitage de San Esteban (251 m) (km 3.2) (50′):de cet arrêt, la côte de Comillas et une bonne partie de Monte Corona sont négligées. Un ancien point de vue indique les vues les plus remarquables, bien que la hauteur des arbres puisse gêner la vision. Dans l’environnement de l’Hermitage, en plus de plusieurs espaces de loisirs équipés, il existe une bonne représentation de la variété forestière de Monte Corona, avec des chênes, des hêtres, des châtaigniers, des pins, des sapins, des mélèzes, des cyprès, etc. Nous descendons par le même chemin jusqu’au croisement précédent et continuons tout droit par la branche asphaltée, qui commence bientôt à monter jusqu’au point le plus élevé de la route, au pied d’une cabane et d’une tourelle.

Tour de contrôle incendie (280 metres)(km 4.6): les deux installations de gestion forestière appartiennent au service des montagnes de la Cantabrie et, sans devoir les dépasser, nous continuons tout droit sur la même route étroite Il mène au village de La Hayuela, une autre porte habituelle de Monte Corona. Quelques centaines de mètres plus loin, nous sortons de l’asphalte et entrons à gauche par une piste qui descend d’abord dans un terrain dégagé, avant de nous rendre dans la forêt de chênes, châtaigniers, noisetiers, houx, etc. La vallée par laquelle nous descendons, située au pied de la ville de Canales, fait également partie de Monte Corona, où coexistent les taches d’arbres indigènes et les repeuplements de pins et d’eucalyptus. Après une longue descente, vous atteignez le fond de la vallée à un endroit verdoyant, en traversant un pont sur le modeste ruisseau.

Río del Mato (60 metres) (km 7.5): cette rivière se caractérise par la particularité d’une vallée sans issue, une dépression de grandes dimensions, caractéristique de la relique calcaire, et l’eau se détache comme une auge. revenir à la superstructure d’un déménagement situé près de Ruiseñada. Un peu plus loin, nous traversons un deuxième pont et le chemin emprunté considérablement, laissant la forêt a une zone de louange. Il y a une route plus douce, sale à connecter avec une route goudronnée, et pour la gauche, elle est chargée à l’entrée d’un petit quartier.

La Molina (110 m) (km 8.4) (2h. 15′): sans entrer dans le noyau recroquevillé qui conserve de bons exemples d’architecture traditionnelle, nous continuons à droite à côté d’un sanctuaire modeste, descendant pour encercler une vallée et ensuite monter dans un autre quartier de Ruiseñada, situé sur une colline.

La Citrera (90 metres) (km 9.2): continuer tout droit entre les maisons et juste après le bâtiment des anciennes écoles, quitter la ferme par la même rue pavée que celle utilisée au début de la route, qui descend entre praos, et ignorer une déviation qui entre à droite. Plus bas, à une fourche, nous devons continuer sur la gauche, en fermant le circuit à côté de l’église où nous avons commencé le voyage.

Ruiseñada (40 metres) (km 9.9) (2 h. 40′).

Itinéraire 4: De Comillas à Ruiseñada

Cette promenade permet d’accéder depuis l’intérieur du littoral de Comillas à l’intérieur, représenté par les différents quartiers qui composent la ville de Ruiseñada.

Point de départ: Comillas (20 metres), À partir du nouvel hôtel de ville, situé au centre de la ville.

Point d’arrivée: Ruiseñada (40 metres), Compte tenu de la dispersion de la colonie, nous considérons l’église monumentale de San Adrián comme point de référence.

Distance et temps approximatifs:3,5 kilomètres; 50 minutes.

Pente: 100 mètres d’ascensions et 80 de descentes.

Difficulté: aucune, bien qu’il puisse y avoir de la boue dans la montée vers El Pisgu.

Cartographie:I.G.N., M.T.N. , échelle 1: 25 000, feuille 33-IV (Comillas).

Accessibilité: le parcours peut être effectué en VTT, bien que lors de la montée précédente vers les maisons d’El Pisgu, il se peut qu’il y ait de la boue qui gêne la circulation.

ITINÉRAIRE

Itinéraire 4:  De Comillas à Ruiseñada

Hôtel de ville (20 metres): Vous devez quitter la ville en direction de Cabezón de la Sal en passant par Capricho de Gaudí, puis entre des bâtiments récemment construits à la périphérie de la ville, déjà dans un nouveau quartier.

Riguero (40 metres) (km 0.8): vous entrez ici à droite par le détour vers Ruiseñada, et après un virage serré à droite, vous laissez l’asphalte qui pénètre à gauche par une voie étroite Il descend avec une pente raide, puis monte le long d’une belle étendue où l’épaisse végétation dominée par les chênes et les chênes forme un arc naturel qui donne de l’ombre à la route. Après que la pente se soit ramollie, en passant à côté de l’entrée d’une maison et en ignorant ensuite un pavé à droite. Ensuite, il se connecte avec une branche pavée dans un nouveau quartier.

El Pisgu (60 metres) (km 1.9) (30′):formé de plusieurs maisons éparses, à côté de la première qui abrite un curieux ermitage dédié au Sacré-Cœur construit en 1903. En descendant la route étroite, passe bientôt à côté de la Source du Pisgu, arrivant bientôt jusqu’au fond de la vallée, où traverse la modeste Arroyo Rioensenada, qui dans ce trarno trace un beau parcours de méandres fermés marqués d’aulnes. À l’embranchement immédiat, continuez sur la gauche en laissant la route d’accès à Ruiseñada, par laquelle nous continuons à monter doucement entre des maisons isolées. Bientôt le détour quitte le quartier principal de Ruiseñada, mais nous continuerons tout droit sur quelques mètres pour atteindre le point le plus reconnaissable de la ville en raison de sa taille considérable et de sa séparation des noyaux de logements.

Eglise de Ruiseñada (40 metres) (km 3,5) (20′): elle abrite des vestiges gothiques. Elle peut être datée entre le XIVème et le XVème siècle. À côté, il y a un bar et une piste de bowling.

Itinéraire 3: De Comillas à Rioturbio

Traversée simple qui permet l’accès, en traversant les marais de La Rabia, au village caché de Rioturbio, porte du Monte Corona.

Point de départ: Comillas (20 metres), En partant de la place Joaquín del Piélago, à côté de la mairie.

Point d’arrivée: Rioturbio (10 metres), Ville magnifique et unique située entre la Ría de la Rabia et le Monte Corona.

Distance et temps environ:4,5 kilomètres; une heure et 10 minutes.

Pente: environ 40 mètres de dénivelé et 50 de descente.

Difficulté: aucune, bien que vous deviez faire attention aux voitures sur le tronçon de la route de Rioturbio, qui a en revanche peu de circulation.

Cartographie:I.G.N., M.T.N. , échelle 1: 25 000, feuille 33-IV (Comillas).

Accessibilité: le parcours peut être effectué en VTT, en prenant soin des voitures, sur le tronçon de la route de Rioturbio.

Itinéraire 3: De Comillas à Rioturbio

ITINÉRAIRE

Hôtel de ville (20 metres): Vous devez sortir pour rechercher la piste cyclable qui relie Comillas à la Ria de la Rabia. Vous quittez donc la villa en longeant le Paseo Solatorre, sous les imposants bâtiments du palais Sobrellano et Université pontificale. Après le rond-point du Dr. Santiago García Castellón, vous empruntez la piste cyclable et entrez bientôt dans un nouveau quartier où les nouvelles urbanisations prolifèrent.

Rubárcena (40 metres)(km 1): pratiquement à la sortie du noyau, à la hauteur d’un quartier ou d’un arrêt de bus, vous montez à gauche dans une rue qui se sépare des maisons et devient une piste qui atteint son point culminant, étendant ses vues vers l’ouest, direction dans laquelle il suit après avoir ignoré un détour qui entre à gauche. Après un peu de descente, la piste sort pour rejoindre la route d’accès à Rioturbio, qui descend à gauche en passant par un beau sanctuaire. Après quelques révoltes, vous atteignez le bord du marais qui traverse le soi-disant pont républicain.

The la Rabia lagoon (5 metres)(km 3)(45′):la route étroite traverse l’épaisse végétation du marais, bien que l’espèce dominante soit depuis quelque temps Baccharis halimifolia, un arbuste d’Amérique du Sud, Il a colonisé la majeure partie du marais, déplaçant les plantes indigènes et altérant le fonctionnement normal de l’écosystème. La route entre les zones humides est pratiquement plate et, après avoir traversé un dernier pont, vous entrez dans la ville où se termine cette brève visite.

Rioturbio (10 metres)(km 4.5)(1h. 10′): situé dans le parc naturel d’Oyambre, ce petit noyau conserve de bons exemples de l’architecture traditionnelle et constitue un bon point de départ pour la surprenante masse forestière du Monte Corona.

Itinéraire 1: Comillas côtière et historique

Grâce à cette promenade autour de Comillas, nous pouvons visiter les éléments les plus uniques de la ville et même visiter ses monuments les plus remarquables.

Point de départ et d’arrivée: Comillas (20 m.), En partant du nouvel hôtel de ville, situé dans le centre-ville, vous devez partir en direction de la plage, en suivant le Paseo Antonio Garelli.

Distance et temps approximatifs: 5 km; sans compter les arrêts, cela peut prendre environ une heure et demie.

Pente:un peu plus de 100 mètres cumulatifs de hauts et de bas.

Difficulté: aucune, bien qu’en hiver ou par temps pluvieux, il puisse y avoir de la boue à un moment donné de l’itinéraire.

Cartographie:I.G.N., M.T.N. , échelle 1: 25 000, feuille 33-IV (Comillas).

Accessibilité:le parcours peut être effectué en VTT, mais il faudra parcourir le tronçon entre le port et la Punta de la Moira.

Itinéraire 1: Comillas côtière et historique

ITINÉRAIRE

Hôtel de ville (20 metres): Vous devez partir en direction de la plage en suivant le trottoir du Paseo Antonio Garelly. Sans quitter le noyau urbain, on arrive au bord de la plage de Comillas, bruyant en été.

Plage de Comillas (5m.) (km. 0,7) en continuant au bord de la mer, vous passerez juste à côté des plusieurs bâtiments de pêche pour arriver au principal emblème marin de Comillas.

Port (3 metres) (1.1 km):les quelques bateaux qui conservent le caractère de pêche traditionnel de la ville se réfugient dans les eaux de cette petite crique artificielle. Nous continuons le chemin en montant des escaliers taillés dans le grès et nous nous sommes déposés dans la partie supérieure du brise-lames, surplombant la mer ouverte. Nous continuons à gauche en traversant une esplanade pour monter un chemin piétonnier comportant plusieurs marches taillées, qui devient rapidement un chemin plus large. Dans une bifurcation immédiate, nous allons un instant à droite jusqu’au bout de la route, dans un petit cap, où le vert de l’herbe pénètre dans le bleu de la mer.

Punta la Moira (20 metres)(1.6 km)(30′): la vue est très bonne, avec une vue sur le Cap d’Oyambre et les Picos de Europa à l’ouest et sur la caractéristique de Punta del Miradorio à l’est. où une faille spectaculaire est reconnue, tandis que dans le lointain la côte à prédominance de falaises semble imposante. Nous revenons par la même route, jusqu’au carrefour précédent, continuant maintenant devant et sur la route, face à de curieuses ruines sur lesquelles se dresse la statue d’un ange.

Cimetière (25 metres) (1.9 km): profitant de la parcelle laissée par les ruines de l’ancienne église paroissiale de style gothique, le cimetière fut localisé, sans équivoque par la figure de l’ange gardien, œuvre du sculpteur Josep Llimona. En laissant un rond-point à gauche, nous continuons sur le trottoir que nous quittons immédiatement pour continuer sur l’étroite route qui mène à Trasvía le long de la côte. En ignorant les deux déviations à droite et à gauche, nous quittons l’asphalte en empruntant un chemin qui se situe d’abord entre les champs et qui borde ensuite le mur qui délimite le vaste enceinte qui occupe l’Université pontificale. Dès que vous passez sous une arche, vous arrivez à un carrefour près d’un bâtiment abandonné.

Entrepôt d’algues (70 metres) (3 km): les dimensions de ce bâtiment donnent une idée de l’importance que cette exploitation avait jadis pour des usages médicinaux ou alimentaires des algues caloca, ocla ou algue rouge (Gelidium sesquipedale), utilisation aujourd’hui pratiquement abandonné. Nous devons continuer sur la droite, en ignorant bientôt un détour immédiat qui se termine par un champ. Au prochain croisement, il descend à gauche entre chênes verts et lauriers, jusqu’à laisser l’asphalte à côté d’une urbanisation. Au lieu de descendre entre les maisons, nous tournons à gauche à la recherche d’une autre route qui passe bientôt à côté de plusieurs terrains de sport délabrés et qui se termine bientôt au pied d’un immense bâtiment néo-gothique.

Universidad Pontificia (80 metres) (4 km): autre symbole de Comillas, son imposante silhouette est située sur une colline qui domine toute la ville. Bien que son activité initiale soit celle du Séminaire Pontifical, ces dernières années, elle n’a été que touristique et l’on envisage de la transformer en un ambitieux centre international d’étude de l’espagnol. En descendant à droite, on passe par la porte qui mène du séminaire à la rue Manuel Noriega, en descendant à droite jusqu’au rond-point du Dr. Santiago García Castellón, puis en revenant au centre de Comillas par le Paseo Solatorre, dominé par un autre bâtiment spectaculaire.

Palais de Sobrellano (35 metres): De style néo-gothique, c’était la maison d’Antonio López, le premier Marquis de Comillas. À côté se trouve la chapelle-Panthéon stylisée et à proximité se trouve l’impresionant bâtiment connu sous le nom de Capricho de Gaudí, car il est l’œuvre de l’illustre architecte catalan, un autre emblème inséparable de Comillas restauré ces dernières années en tant que restaurant. En revenant à la promenade, tournez à droite dans Paseo Gaudí et revenez au point de départ.

Nouvelle Hôtel de Ville (20 metres) (5 km) (1 h 30′).

Itinéraire 2: Voie cyclable Comillas – Ria de la Rabia

Facile et agréable pour tout le public, il permet d’accéder à la Ría de la Rabia de Comillas et met en valeur une zone humide intégrée au parc naturel d’Oyambre.

Point de départ: Comillas (20 metres),Plus précisément de la Plaza de Joaquín del Piélago, à côté de la mairie.

Point d’arrivée: Ría de la Rabia (5 metres), Au point de traverser le pont qui mène à Oyambre, déjà à proximité de l’embouchure.

Distance et temps approximatifs:2.5 kilometres; 45 minutes.

Pente:très petite, légèrement jusqu’à Rubárcena puis en légère descente vers la Ría de la Rabia.

Difficulté: aucune Si vous voyagez à vélo, vous devez réduire votre vitesse lorsque vous doublez des passages ou que vous traversez des piétons.

Cartographie: I.G.N., M.T.N. , échelle 1: 25 000, feuille 33-IV (Comillas).

Accessibilité: promenade idéale pour tous les publics et éviter le trafic sur la route, qui a à peine l’épaule.

Itinéraire 2:  Voie cyclable Comillas - Ria de la Rabia

ITINÉRAIRE

Hôtel de ville (20 metres): On quitte Comillas le long du trottoir en direction d’Oyambre et de San Vicente de la Barquera, en suivant la promenade Solatorre, en contrebas du palais Sobrellano. Vous arriverez bientôt au rond-point du Dr. Santiago García Castellón, où commence la voie peinte en rouge (km 0,59). Il continue à augmenter légèrement sous les imposants bâtiments de l’Université pontificale et à côté d’urbanisations récemment construites appartenant déjà à une nouvelle localité.

Rubárcena (40metres) (km 1): c’est le point culminant de la piste cyclable, qui reste pratiquement rectiligne et toujours parallèle à la route; la descente est ensuite douce et progressive, entre un paysage dominé par prairies. Plus loin, nous atteignons un autre petit quartier.

La Rabia (15 metres) (km 2.2): ses quelques maisons sont situées à proximité d’un carrefour, laissant à droite celle qui sert d’accès à Trasvía et qui retourne à Comillas le long de la côte, et à gauche celui qui entre Rioturbio et Monte Corona.

Ría de la Rabia(5 metres)(km 2.5)(45′): c’est l’une des meilleures zones humides du parc naturel d’Oyambre et la porte d’accès à Comillas, bien que strictement limitée au parc. il est surmonté en passant Rubárcena. En aval, et bien qu’on ne puisse pas le voir car le cordon de dunes d’Oyambre s’interpose, on sent comment l’estuaire part à la recherche de la mer après avoir brièvement traversé la plage d’Oyambre.

La Rabia

Le quartier de La Rabia jouxte l’estuaire du même nom. Ce nom est donné aux tronçons de cours d’eau qui ont une force particulière dans leur courant, en sautant, en se rétrécissant ou en toute autre circonstance.

La Ría de la Rabia et sa plage exceptionnelle forment l’un des coins les plus beaux et les mieux préservés de la côte cantabrique. Protégé de la mer par une puissante zone de sable, il développe une végétation diversifiée, typique des marais, conservant des bois feuillus d’aulnes, de noisettes et de saules. Dix-sept espèces d’oiseaux utilisent ces eaux fertiles pour se nourrir et se reposer en hiver. Les colverts, le sarcelle commune et le grand cormoran sont représentatifs de cet écosystème.

Trasvía

Quartier située à l’ouest de Comillas, connue pour son point de vue, la meilleure tour de guet de la Ria de La Rabia et du sable d’Oyambre. Il a un intéressant ermitage de San Andrés.

ERMITAGE DE SAN ANDRES
C’est un temple d’une seule nef rectangulaire. Sur la façade principale, la porte d’entrée s’ouvre par un arc en plein cintre. Latéralement, la façade est délimitée par des murs coupe-vents en pierre de taille. La tour des cloches de l’ermitage est de plan carré, de trois corps, surmontée d’une flèche pyramidale massive en pierre de taille.

Devant la façade se trouve une place pavée, limitée par une solide rampe en brique du même type, dans ses ouvertures, aux caractéristiques du travail du Séminaire Pontifical.

Il fait partie du complexe bâti annexé à l’ermitage, le bâtiment de l’école (1894); travail effectué aux frais du Marquis de Comillas.

GERRAMOLINO
Il a été acquis par D. Santiago Güell López, fils de D. Eusebio Güell et petit-fils du Premier Marquis de Comillas. Style anglais romantique, construit dans la seconde moitié du XIXe siècle.

CASA OLANO
C’est un travail de José A. Coderch de Sentmenat et M. Valls Gadea (1957) qui adapte le style international aux conditions régionales. C’est un exemple type d’architecture moderne qui, sans renoncer à sa capacité créative, sait comprendre l’endroit et propose une solution nouvelle et intégrée.

Rubárcena

Son nom vient du composé hydronym de >Rio de la Barcena, en référence aux terres arables et aux plaines inondables qui se forment au bord du fleuve.

Nous nous arrêterons pour contempler une plantation d’arbres, Arboretu del Hoyucu, avec les espèces suivantes: Quercus robur, Q. petraea.Q. Pyrenaica; Q.ilex, Q. suber, llex aquifolium, Fagus Sylvatica, Castanea sativa, Fraxinius excelsior, Acer negundo, A. campestre, A. pseudoplatanus, Tilia platyphyllos, Batula alba, Alnus glutinosa, Taxus baccata, Pinus sylvestris, Populus tremula, Sorbus aria y S. aucuparia.

Rioturbio

Situé à l’intérieur du Parc Naturel d’Oyambre, ce petit noyau reçoit le nom du ruisseau le long duquel il se trouve. Ce ruisseau descend de Monte Corona et va à l’égout à la tête de La Ría de la Rabia, conserve de bons exemples de l’architecture traditionnelle et est une passerelle vers la masse forestière de Monte Corona.

Vous devez visiter le Ermita de San Miguel. Présente une plante rectangulaire. La façade principale est organisée entre deux murs coupe-vent de pierre de taille et porte en son centre la porte terminée par un arc en plein cintre, flanqué de deux fenêtres, également surmontées d’arcs en plein cintre. Au-dessus de l’ensemble, il a un oculo circulaire et des contreforts extérieurs marqués. Sa façade principale austère, très austère, se démarque par son arc en demi-pointes flanqué d’égale portée.

Ruiseñada

Au pied de Monte Corona se trouve ce hameau avec des quartiers avec de maisons typiques et de grand valeur artistique et architectural. À remarquer:

ÉGLISE DE SAN ADRIAN
L’église de San Adrián, située dans le quartier de Sopeña, construite vers le fin du XV siècle. C’est une construction d’une seule nef avec la tour aux pieds. Accès à travers d’un portique. À remarquer la porte occidentale (peut être conservée de l’ancien temple), avec une structure classique avec des arcs brisés avec archivolte soutenie par des columnes coudées. L’abside es droit, avec une petite fenêtre frontal.

Sous le portique le « Concejo » avait lieu présidé par le maître de la Vallée ou par le maire (les dimanches juste après la messe ou la sonnerie des cloches) .

MAISON DE BRACHO
Cet ensemble architectural d’origine médiéval est connu comme la « Casa de los Arcos ». Composé d’une tour médiévale et deux casonas (construction typique de la région) à deux étages et à plan en équerre. L’ermitage de Saint Jean (appartenant à la maison) se conserve actuellement mais transformée en maison.

ERMITAGE DE SANTA ANA
Situé à Pirgo. Il s’agit d’un temple neogothique à une seule nef. Étant construit à l’époque des Marquis de Comillas par les mêmes artisants de l’Université Pontificale. L’ermitage présente une nef unique rectangulaire. La façade principale se compose d’une seule porte ogival entourée par des montants en briques creuses. Au-dessus du tympan on observe une plaque en pierre calquaire avec l’anagramme I (Jesús) H (ominis) S (alvatoris). La façade est achevée par une croix latine en pierre calquaire. C’est un ermitage avec toiture à deux versants. L’autel a une image du Sacré Coeur.

ERMITAGE DE SANTA APOLONIA
C’est un temple de plante rectangulaire, presque carré, situé dans la place du Quartier de la Molina. La façade en maçonnerie est entourée par des murs coupe-vent. Au-dessus du toit le campanile fait saillie avec une cloche et un arc en plein cintre.

« EL CARMEN » ERMITAGE
Situé à Araos, il s’agit d’un petit ermitage placé à l’intérieur d’une propriété privée. Construction d’une seule nef avec une porte ogivale centrale avec un tympan entouré par une petite frange en couleur crème. Il est encadré par deux fenêtres rectangulaires grillées.

GROTTE LA MEAZA
La grotte a été découverte le 11 mars 1907 par Hermilio Alcalde del Río, Directeur de l’École des Arts et Métiers de Torrelavega. C’est pendant une de ces souvents prospections dans cette région qu’il découvre la grotte dans le Quartier de la Molina de Ruiseñada.

Son ouverture est orientée SO et mesure 10 mètres de larguer par 4 mètres d’hauteur. L’intérieur de la grotte est une grande salle avec le terrain couvert par des pierres et blocs. Une seule peinture se trouve tout au fond de cette salle (l’unique représentation artistique connue dans la grotte de la Meaza) Il s’agit d’un signe rouge construit à partir de plusieurs lignes de points en forme ondulant.

C’est assez compliqué de spécifier la cronologie de cette grotte puis qu’elle ne se rassemble pas aux autres figures de cronologie connue. En tant qu’un pigment non organique a été utilisé nous ne pouvons utiliser des techniques d’analyse de pigments. Par contre la construction à base de points peut nous indiquer une liaison avec la Grotte de Chufín et l’Arco A datées de Solutréen..

Déclarée comme BIC (Bien de Interés Cultural – Patrimoine Protegé) en 1997. Pas visitable.

ERMITAGE DE SAN ESTEBAN
Située au sommet d’une des cimes de Monte Corona, à l’époque étant utilisée comme guide pour les marins en arrivant au port de Comillas. L’ermitage avait tous les murs blanches mais après la restauration juste la façade nord a conservée ce couleur.

Nouvel hôtel de ville

À la fin du XIX ème siècle, un membre de l’illustre familie « del Piélago » , en particulier Doña Manuela del Piélago Sánchez de Movellán a ordonné de construire ce grand bâtiment pour les écoles gratuites pour enfants et dirigé vers la congrégation des Hijas de la Caridad (Filles de la Charité). Avec le temps, il va perdre son rôle d’enseignant et devenir en 2003 dans le nouveau siège de la Maison Consistoriale. Sur sa façade sud, se trouve la Plaza del Ángel, et d’un côté bâtiment, est une image de la Vierge à l’Énfant dans ses bras, qui pourrait être l’œuvre du grand sculpteur Josep Llimona.